Bienvenue dans mon espace !

  Ravie de vous accueillir dans cet espace personnel, poétique et intime.

Copo-de-leite.jpgIci, je livre mes états d'âme et mes écrits du coeur. Pourquoi les "chaises" ?
Eh bien, c'est à cause du film "Phénomène" (avec Travolta).  Vous l'avez regardé ?

Il y joue le rôle de George, petit garagiste, qui tombe amoureux de Lace, une jeune femme qui s'est récemment installée dans la ville avec ses deux enfants, et qui vend des chaises hideuses - fabrication artisanale - qu'il achète et garde précieusement, entreposées dans son garage.
A un de ses amis, brouillé avec son épouse, le médecin du village a rétorqué : Et tu t'es occupé de ses chaises, à elle ?

Mes chaises à moi, ce sont mes poèmes. Des choses intimes, précieuses. Mêmes bancales, elles sont ma fierté car elles me viennent des tripes. Elles sont écrites dans un français que je veux impeccable. J'aime cette langue si complexe et compliquée...
Merci d'avoir la patience de feuilleter et, pourquoi pas, laisser un commentaire...

Voire, en parler autour de vous. Qui sait : un éditeur peut passer par là et s'impliquer dans une éventuelle publication ?
Même si nous ne vivons plus au siècle de Rimbaud, quand la poésie était glorifiée...

Copyright © :
Tous les contenus présents sur ce blog sont couverts par le droit d'auteur.
En vertu de l'article L.122 du code de la propriété intellectuelle, toute représentation ou reproduction partielle ou intégrale des textes, sans accord de l'auteur est rigoureusement interdite.
Quant aux illustrations, elles ont été téléchargées sur la toile. Si leurs auteurs en font la demande, elles seront retirées.


plantez un arbre pour votre blog avec bonial

 

NOUVEAU :

Poète, prête-moi ta plume !

Poèmes personnalisés sur demande.

 

Recueils publiés :


Les Chaises de Nina                                     
- Éditions Édilivre

Bouquet d'arums                                       

- Éditions Joseph Ouaknine
Une tasse de thé bleu ?
- Chiado éditeurs
Filigranes et dentelles
- Éditions Sokrys

             

 


Samedi 26 juillet 2014 6 26 /07 /Juil /2014 07:00

Mes-cactus.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Promesses végétales préparées en secret,

Sous mes yeux ébahis s'élancent joliment.

Figuier de Barbarie, cueilli effrontément

En terres espagnoles, dans un geste discret.

 

Une pousse, puis trois, une autre se profile !

Peu d'eau pour ce cactus, dans le substrat ancré ;

Juste vaporisée, la beauté héliophile !

 

Sa croissance revêt une lenteur extrême

Mais j'aperçois encor' un bourgeon. Le sixième !

 

Satisfaction de mon besoin de chlorophylle.

 

Nina Padilha © 19/07/2014

Par Nina - Publié dans : Nature
Votre commentaire ici. - Merci de vos 14 messages postés
Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 14:30

Zenith.JPG

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Le soleil au zénith embrase l'horizon.

Les heures sont torrides, peu de gens sur la rive.

Préférant l'ombre fraîche, craignant l'échauffaison,

Accablés de chaleur, ils s'en vont quand j'arrive.

 

Je contemple, ravie, vautrée sur cette plage,

Les vagues s'agiter à la marée montante

Sans m'inquiéter vraiment : ridicule marnage

Qui ne dérange pas la mer étincelante.

 

Le froissement des flots, au ressac nonchalant,

Berce la somnolence d'une torpeur oisive.

Dans l'éther triphasé s'envole un goéland.

Ma plume n'ose plus que rimes évasives.

 

Nina Padilha © 17/07/2014

 

Par Nina - Publié dans : Agde
Votre commentaire ici. - Merci de vos 21 messages postés
Samedi 19 juillet 2014 6 19 /07 /Juil /2014 07:00

cora bras

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Brésil a perdu. Ô l'amère défaite !

Les clameurs se sont tues, les stades sont déserts.

Finale remportée par les gens du Kaiser.

Pourtant qu'elle était belle, enthousiaste, la fête !

 

J'ai aimé voir le jaune des foules supporters

La belle communion de l'hymne à tue-tête

Deux cents millions de cœurs ne voulant pas se taire.

 

Une sixième étoile à portée de son rêve

Mais qui s'est envolée en annulant la trêve

 

Que le jeu apportait aux peuples de la terre…

 

Nina Padilha © 15/07/2014

 

Par Nina - Publié dans : Brasil
Votre commentaire ici. - Merci de vos 22 messages postés
Vendredi 18 juillet 2014 5 18 /07 /Juil /2014 12:30

 Cigognes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les heures bleues de mon enfance,

Je crois que je les ai perdues.

J’ai pris de l’âge ou de l’avance.

Je ne sais pas. Je ne sais plus.

 

J’ai marché le long de mes peines,

Les yeux rivés sur l’avenir,

En oubliant de prendre haleine,

En omettant même de sourire!

 

J’ai bâti cent châteaux de cartes

Dessus des sables émouvants.

Mais, que je reste ou que je parte,

Leurs ombres me suivront longtemps.

 

Je n’ai pas pleuré dans le ventre de ma mère.

Ce qui m’attendais, je ne le devinais guère.

J’ai pris la vie tout comme on prend la route :

Pleine d’illusions et sans le moindre doute.

 

Les amours que j’ai rencontrées

N’ont laissé que des cicatrices.

Souvent, j’ai cru avoir frôlé

Le fond obscur du précipice.

 

J’ai vécu sous un ciel d’orage,

Menant mon cœur toujours pareil,

En oubliant que les nuages

Cachaient les rayons du soleil.

 

J’ai mis ma liberté au bagne

Et enchaîné tous mes tourments.

Mais, que je perde ou que je gagne,

Son ombre me suivra longtemps.

 

 

 Nina Padilha © 4/05/1978

 

Au Brésil,on dit de quelqu'un de très chanceux

qu'il a pleuré dans le ventre de sa mère...


Par Nina - Publié dans : Intime - Communauté : L'âme du poète
Votre commentaire ici. - Merci de vos 25 messages postés
Lundi 14 juillet 2014 1 14 /07 /Juil /2014 14:00

Nito Yann

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Non, je n'étais pas seule, sur le sable brûlant.

Ton ombre, près de moi, était comme un mirage.

Est-ce que le soleil, jouant sur cette plage,

Imposait ton fantôme à mon cœur indolent ?

 

Diantre, mais que d'émoi de sentir ta présence !

Tu me manques souvent. Le sort est désolant !

Je sais que tu aurais aimé ce coin de France…

 

Laisse-moi somnoler ; cesse donc ce tourment ;

Va veiller sur ton fils. C'est lui, cruellement,

 

Qui souffrira toujours du mal de ton absence…

 

Nina Padilha © 07/07/2014

Par Nina - Publié dans : Intime
Votre commentaire ici. - Merci de vos 21 messages postés
Samedi 12 juillet 2014 6 12 /07 /Juil /2014 09:30

Vignes.jpg

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Sous un ciel débonnaire modestement s'alignent.

Les ceps languedociens aux sarments prometteurs.

Mûrissent lentement les grappes, dans les vignes,

Orgueil de la région et des agriculteurs.

 

Les treilles, abreuvées par les pluies de la veille,

Entourant les cazelles où nichent les lézards,

Offrent leurs grains juteux aux rayons du soleil

Qui darde la lumière d'un torride César

 

Les heureuses vendanges des hectares vignobles

Et qui achèveront la saison estivale,

Garniront bien des caves de crus plus ou moins nobles.

Certes, je suis abstème, mais parfois, le régal

 

D'un muscat de velours, la fraîcheur d'un rosé

Accompagne un repas partagé entre amis.

Pas d'abus, nonobstant. Il faut savoir doser.

Quand viendras-tu me voir ? Tu me l'avais promis…

 

 

Nina Padilha © 11/07/2014

Par Nina - Publié dans : Agde - Communauté : La cour de récré de JB
Votre commentaire ici. - Merci de vos 21 messages postés
Mercredi 9 juillet 2014 3 09 /07 /Juil /2014 15:00

Horloge-solaire.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Entre midi et deux, près des vagues tranquilles

De la plage déserte, je fiche dans le sol

Mon horloge solaire, j'ouvre le parasol,

Et j'étends ma serviette aux couleurs du Brésil.

 

Le froissement des vagues, une brise légère

Qui ne tempère pas la chaleur immobile

Écrasant le basalte de toute sa lumière.   

 

Peu de gens, en effet, supporteraient l'ardeur

De Phébus rayonnant. Moi, j'aime la chaleur.

 

Le soleil de midi, ça va, je sais, je gère…

 

Nina Padilha © 26/06/2014

 

 

Par Nina - Publié dans : Agde
Votre commentaire ici. - Merci de vos 20 messages postés
Lundi 7 juillet 2014 1 07 /07 /Juil /2014 10:08

Sucre_roux.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le café noir

De tes jours, de tes nuits.

Quand tu as le cafard,

Quand tu t’ennuies.

 

Ajoute un morceau,

Ajoute une cuillerée

De ce sucre si beau

Qu’est l’amitié.

 

Et tu verras

Le décor change et le soleil apparaît.

Ce qui est triste devient soudain plus gai.

Tu souris déjà.

 

C’est une fleur.

C’est un cadeau qui tombe tout droit du ciel.

Et les nuages meurent en arc-en-ciel

Au fond de ton coeur.

 

Dans le thé brûlant

Des angoisses et des tristesses.

Si tu sombres souvent

Dans la détresse.

 

Ajoute un soupçon,

Ajoute une pincée

De ce sucre si bon

Qu’est l’amitié.

 

Et tu verras:

Tes idées changent et tout se met à briller.

Ce qui te peine devient soudain léger.

Tu chantes déjà.

 

C’est un regard.

Un geste tendre qui peut tout effacer.

Une chaleur qui s’en vient réconforter

Le fond de ton coeur.


  Nina Padilha © 1979

 

                                                                                                                             

 

 

Un autre texte de jeunesse.
Mis en musique par Steve Haccoun.
De joyeux souvenirs de guitare avec une

sympathique bande d'amis !

Par Nina - Publié dans : Amitié
Votre commentaire ici. - Merci de vos 20 messages postés
Dimanche 6 juillet 2014 7 06 /07 /Juil /2014 10:00

Chat_colere.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme il est difficile de baisser les paupières

Quand le cœur se soulève et se met en colère !

C’est le cri contenu qui éclate après l’heure

Et les larmes de rage à l’amère saveur.

 

Comme il est difficile de garder contenance,

Avaler sa rancœur et sourire en silence.

Puis, dans l’intimité, frapper avec le poing,

Maudire et injurier celui qui n’entend point.

 

Et de subir l’affront, sortir la tête haute.

Continuer de même, en évitant les fautes

Pour que l’ire suprême n’aille, par ce canal,

Saler la plaie saignante et y faire plus de mal.

 

Dieu, qu’il est difficile d’engorger sa salive,

De faire taire les mots et de sembler passive

Quand gronde la révolte au creux de l’estomac,

Quand l’envie de hurler se perd entre les doigts !

 

Un vent de barricade enflamme mon regard.

Je porte ma vengeance comme un fier étendard.

Au fond de ma douleur, des grenades se cachent.

J’exploserai ma haine et je veux qu’il le sache.

 

 

                                                                                                                                 Nina Padilha  © 23/4/79

 

 

Ce qu'on peut être emporté quand on est jeune !
Mazette... Écrire était déjà un soulagement !
Je me rends compte que j'ai bien changé.
Aujourd'hui, je suis beaucoup plus mesurée !

 

 

Par Nina - Publié dans : Divers - Communauté : écrire c'est hurler en silence
Votre commentaire ici. - Merci de vos 22 messages postés
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 11:30

Helicoptere.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

.

Dans le ciel de ma ville, c'est un jour important :

La route vers le sud passe près de chez moi.

Et, depuis ce matin, le ballet incessant

D'une grosse et métallique libellule bleue

Me donne la migraine, m'ennuie profondément.

Ses pales tournoyantes, ses allers-retours,

Son grondement massif, qui n'en finissent pas…

Mais c'est une hérésie !

 

Elle surveille en hauteur les voitures et les gens,

Ceux qui rentrent, qui partent : car c'est la fin du mois.

Assise à mon bureau, mon courage est absent.

Les tempes qui résonnent en échos douloureux

M'ont obligée à prendre un médicament,

Et fermer la fenêtre en maudissant ce jour.

Le calme est revenu avant l'heure du repas.

Avec ma poésie.

 

  

   Nina Padilha © 30/07/2010

 

 

Je voyais les gens partir, tristement...
Maintenant, je les vois arriver et je reste ici !

Ce n'est que du bonheur !

 

 

Par Nina - Publié dans : Divers
Votre commentaire ici. - Merci de vos 20 messages postés
Vendredi 4 juillet 2014 5 04 /07 /Juil /2014 11:00

1307010304_aeb8e7f194.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Je ne suis rien de plus qu'infimes vibrations,

Particules de vie, équation impossible :

Du carbone, de l'eau, dans un corps putrescible

Et lié au cosmos dans la constellation.

 

Je ne suis rien de plus qu'étrange émanation

De mots édulcorant une vie insensible.

Tressés dans des poèmes aux rimes accessibles

Qu'une précieuse Muse emplit d'inspiration.

 

Je suis ce cœur qui bat et ce sang dans les veines ;

Cette respiration qui me lie à l'éther ;

Ces arbres et ces fleurs qui me lient à la terre.

 

Je suis ce que je suis, grossièrement humaine,

Mais je tiens de l'écume qui me lie à la mer

Comme de l'étincelle d'un brasier éphémère…

 

Nina Padilha © 23/02/2013

 

 

Ce poème a reçu le 2ème prix de poésie classique
par le Bleuet International 2014.
Voilà pourquoi je le fais "remonter".
Je ne suis pas peu fière...


Par Nina - Publié dans : Intime
Votre commentaire ici. - Merci de vos 36 messages postés
Mardi 1 juillet 2014 2 01 /07 /Juil /2014 10:00

Fleurs-jaunes.jpg

 

 

A ma fille chérie

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Si tu savais, ma fille, j'ai tant de souvenirs !

Un patchwork de vécu, des larmes, des sourires…

Depuis ce jour de mai où tu vins en ce monde

En quittant le secret de ma taille bien ronde.

 

Tu as grandi trop vite ou bien est-ce le temps

Qui a accéléré le nombre de printemps ?

Qu'importe, tu es là, si belle et si aimable !

Je suis fière de toi car tu es formidable

 

Et quand je pense à toi, je souris de bonheur.

Je te dis ma tendresse, tout l'amour de mon cœur.
Je n'ai d'autre richesse que toi et c'est beaucoup.

Sans amour, mon enfant, la vie vaut-elle le coup ?

 

Nina Padilha © 30/06/2014

 

 

Ne vous méprenez pas.
Je n'ai pas de fille.
C'est une commande dans le cadre

de mon concept : Poète, prête-moi ta plume.
Voilà...


Par Nina - Publié dans : Commande
Votre commentaire ici. - Merci de vos 21 messages postés
Samedi 28 juin 2014 6 28 /06 /Juin /2014 11:24

Mont-Saint-Loup.jpg

Crédit photo © Daniel Marmet

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Que racontent les pierres aux vagues empressées ?

Peut-être le chaos d'un volcan endormi :

Des forges de Vulcain, maintenant refroidies ;

Un brasier minéral, tragédie effacée,

 

Quand le mont, éructant sa chaleur diabolique,

Vomissait ses entrailles. La lande caillassée

Croulait sous le basalte, les cendres bénéfiques

 

Sous le regard blasé d'un ciel incandescent.

Et les flots bouillonnant de lave, impuissants,

 

D'écume recouvraient le magma volcanique.

 

 

Nina Padilha © 28/06/2014

 

 

Formé lors d'une éruption volcanique, il y a 740 000 ans,

le Mont Saint-Loup est aujourd'hui un espace naturel protégé,

préservé de toute circulation automobile.

 

Par Nina - Publié dans : Agde
Votre commentaire ici. - Merci de vos 22 messages postés
Vendredi 27 juin 2014 5 27 /06 /Juin /2014 15:30

 

Méditerranée 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Sur des rires factices j'ai refermé ma porte.

J'ai le cran d'être seule, non mal accompagnée.

Des gens inauthentiques mieux vaut s'en éloigner.

Au diable les retors ! Que le vent les emporte.

 

Avant que ne déferlent les pâles estivants

Je courtise la plage. Le reste : peu importe.

Je peaufine mon hâle… C'est bon d'être vivant !

 

Je tresse quelques vers d'une plume joyeuse.

Noyée dans le soleil, près d'une mer radieuse,

 

Je goute ma quiétude, autrui est décevant…

 

 

Nina Padilha © 26/06/2014

 

 

Que mes ami(e)s soient rassuré(e)s, je ne les vise pas.
D'autres rencontres m'ont inspirée...


Par Nina - Publié dans : Divers
Votre commentaire ici. - Merci de vos 23 messages postés
Mercredi 25 juin 2014 3 25 /06 /Juin /2014 13:34

Rosa roxa 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Je n'ai plus cet allant effronté et tranquille.

Quand mon pas était clair, que j'avais de l'aplomb.

Vois ma pauvre carcasse qui git de tout son long

Ayant chu, trébuchant, maintenant immobile.

 

Je me suis empêtrée dans les plis de ma robe !

Cette pathologie, qui rend mon corps débile,

Fait que, bien trop souvent, le plancher se dérobe.

 

Ou bien, tout simplement, le manque de talons

Donne à mon vêtement un ourlet bien trop long.

 

Il me faut repenser autrement mon bauprobe…

 

Nina Padilha © 25/06/2014

Par Nina - Publié dans : Divers
Votre commentaire ici. - Merci de vos 20 messages postés

Présentation

Bonjour !

Je me présente : Nina Padilha, poète à l'écriture libre...
Membre de la Société des Poètes Français.
C'est bien la première fois que je fais un blog... Blog à part ! 

Ne dit-on pas que la poésie est la forme harmonieuse que prennent les mots en passant par le cœur ?
Et du cœur, j'en ai. Même s'il me laisse souvent sur le carreau.
Soyez les bienvenu(e)s en ces pages : je suis ravie de votre visite !
Vos commentaires (compliments ?) sont attendus.
N'hésitez pas à me les faire parvenir.
Autre chose : j'écris en français.
Aucune faute d'orthographe sur ces pages. J'y tiens !

 

 


DROITS D'AUTEUR :

http://www.copyrightfrance.com/certificat-depot-copyright-france-HTDW1DA.htm 

 


6G5F1DA-1

http://www.copyrightfrance.com/certificat-depot-copyright-france-6G5F1DA.htm 

Recherche

Nombre de visites

Anciennement, ce compteur totalisait 17.865 visites.
Il est réinitialisé depuis le 11/03/11

    Compteur gratuit


Compteur de visiteurs en temps réel

 

Avis à ceux qui visitent mon blog.
Par intérêt ou curiosité.
Ayez l'extrême obligeance de déposer un petit mot en passant.
Je ne suis pas en quête de compliments.
Loin de là.
Mais j'aimerais avoir votre avis...
Merci !

laisser-un-commentaire-01.gif

 

 

Poète, prête-moi ta plume...

Concept

Je partage mon savoir faire et mon art des beaux vers, des mots choisis, pour vous écrire un texte personnalisé, vraiment sur mesure.


Tarifs

Forfait : 20, 00 € - texte court
              40, 00 € - texte long

Règlement

Par chèque bancaire ou postal.Me contacter.

Catégories

Partage des mots

Partage-des-mots.jpg

http://partagedesmots.forumprod.com/?mid=57

Bibliothèque : http://pages.citebite.com/x1e3w9s8d2oep

Derniers Commentaires

Les coups de coeur de Nina

Recueils publiés

Mes compliments !

Recommander

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés